Le marché publicitaire s’en sort mieux pendant le 2e confinement

0
52

La pandémie du coronavirus a fait plus de dégâts que l’on ne peut l’imaginer. Elle a affaibli bon nombre de secteurs d’activités dont le marché publicitaire. Ce dernier, à l’instar des autres domaines de l’économie n’a cessé de s’adapter pour lui survivre. C’est ce que l’on constate au regard des analyses faites de la situation lors du deuxième confinement. Quelles ont été les chances de survie de ce secteur ? Comment a-t-il réussi à s’en sortir mieux lors du deuxième confinement ? Quels sont les chiffres ? Autant d’interrogations auxquelles ce guide apporte des réponses. 

Le secteur du digital 

Le marché publicitaire image

Le digital est l’un des secteurs clés du marché publicitaire en ce 21e siècle. Tout comme la télé, la radio et les autres médias, on constate une régression dans le secteur. Ce taux de régression s’évalue à -22,2 % dans le courant des mois de janvier à septembre 2020. Un taux nettement supérieur à celui observé l’année précédente au cours de la même période. 

Comparativement aux autres formes de médias, l’écart est considérable. La télévision, les radios en ligne sont en quelque sorte épargnées par cette régression énorme. La baisse s’évalue seulement à -8,1 %. Si ces derniers s’en sortent mieux que le digital, l’on s’accorde au moins sur le fait que le marché et tous ses sous-secteurs ont subi une attaque considérable. 

Le monde des annonceurs n’échappe pas à la situation

Les annonceurs n’ont pas vraiment été épargnés par la crise. La plupart des annonceurs ont été contraints de suspendre leurs activités à cause de la Covid-19. Sur les 46 150 annonceurs au niveau du T3 de 2020, on observe une régression de 11 %. Des chiffres qui n’arrangent en rien l’essor du secteur envisagé pour cette année. 

À la surprise générale, les annonceurs ont cependant réussi à faire une nouvelle réapparition sur les chaines de télévision. La stratégie ayant changé, on remarque surtout cette activité aux heures de grande écoute. Pendant ce temps, la radio continue de se battre pour rester dans la course. Sa rentrée fut catastrophique comparée à l’année 2019. 

Le septième art, l’ISA et la communication à l’externe

Près de 22 % de baisse dans ces secteurs au cours du premier semestre 2020, telles sont les statistiques dans le secteur. Il faut cependant préciser que les médias dont les activités ont été totalement ou presque stoppées sont ceux qui ont subi le plus de dommage avec le confinement. Au Cinéma, on observe 658,6 % de régression contre une hausse de 10 % en 2019. 

Quelles perspectives pour les annonceurs ? 

annonceurs image

Il faut dire que le secteur industriel est un des rares domaines qui furent légèrement épargnés par la crise sanitaire. Les activités publicitaires à ce niveau n’ont baissé que de 13,1 %. On remarque cette positivité au niveau des médias numériques également. Par ailleurs, deux sous-secteurs de la publicité ont cependant également réussi à rester dans la dynamique de l’augmentation malgré la crise. Il s’agit de la bureautique et de la publicité corporate. 

Les secteurs tels que les transports et tous ceux dont les activités nécessitent une certaine mobilité sont les plus touchés par la baisse considérable des chiffres. Toutefois, les annonceurs peuvent se rabattre sur les secteurs tels que l’industrie, le numérique pour booster leurs activités. Il y en a qui s’en sortent en explorant cette alternative et cela constitue pour ainsi dire une très bonne perspective d’avenir. 

Quelles sont les prévisions en Back to 99 ? 

Le marché publicitaire

Analysons également les données pour le compte des mois de juillet et d’aout. On remarque aussi une grande baisse des investissements. Le taux de baisse est de -8 %. Le même constat se fait au niveau de la presse et des publicités externes. Toutefois, cette baisse semble bien profiter à la radio qui bénéficie désormais de ces investissements. 

Néanmoins, les prévisions pour l’avenir restent pour le moins optimistes pour le secteur. Une croissance allant de l’ordre du PIB. Dans cette dynamique, les chiffres pourraient revenir à la normale d’ici la fin de l’année 2020. Une estimation qui soulage vraiment les acteurs du milieu de la publicité. La télévision, la radio et le numérique pourraient donc retrouver leur performance d’avant Covid-19 pour le grand bonheur des annonceurs et de toute la communauté. 

En conclusion, il faut retenir que le marché publicitaire malgré les nombreux atouts que lui offre le numérique n’a pas manqué de subir des dommages. De grands secteurs tels que la télé, la radio y sont passés. Cependant, de nettes améliorations sont survenues lors du deuxième confinement si l’on en croit les chiffres. 

Certains sous-secteurs ont pu tirer leur épingle du jeu en réussissant à augmenter légèrement les chiffres. Grâce à cela, on peut aujourd’hui soupirer et présager de meilleurs jours pour le marché publicitaire et ses différents acteurs d’ici la fin de l’année 2020. 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici